Certains mots sont trop importants pour les laisser à d’autres ! Défendons un contenu qui fait sens.

La conviction relèverait du domaine privé. Chacun porte les siennes en soi et pour soi, se contentant de les juxtaposer aux convictions privées de ses vo

isins. Finalement, les convictions ont déserté l’espace public pour se replier dans la sphère privée de l’entre soi. Ce faisant, les grands débats se sont estompés (souvenez-vous quand la politique faisait irruption autour de la table familiale…).

Ne nous trompons pas de signification : Les convictions sont des opinions appropriées par celles et ceux qui les portent et qui éclairent leur chemin. Elles ne peuvent se limiter à l’intimité des sujets pour la simple raison qu’elles se construisent, se forgent et s’éprouvent par la confrontation. Notre société souffre de ne plus avoir suffisamment de grands débats contradictoires sur le devenir commun. La sphère des hommes politiques ne peut rester le dernier lieu où se déroulent ces controverses.

Pourquoi ne pas penser le travail social comme un espace où se confrontent des convictions différentes ? Parce qu’il n’y a pas une seule ligne à suivre quand on parle de ce qu’il faudrait faire pour améliorer la vie sociale. Parce que différentes hypothèses, différentes conjectures, différentes croyances même, voire différentes idéologies doivent se frotter les unes les autres pour définir un commun.

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Shares