Certains mots sont trop importants pour les laisser à d’autres ! Défendons un contenu qui fait sens.

« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. » Mais quelle est concrètement cette dignité affirmée dans l’article premier de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ? Les atteintes à la dignité humaine peuplent notre histoire – pour mémoire, l’esclavage ou les génocides – et notre actualité – par exemple, le racisme ou les violences faites aux femmes. La référence à cette transcendance de la dignité humaine souffre de nombreuses entorses à ce précepte absolu.

Ne nous trompons pas de signification : La dignité n’est pas une garantie individuelle apportée aux personnes, elle est un principe d’humanité. Chacun porte la responsabilité de garantir sa propre dignité, de ne laisser personne y porter atteinte. Et le premier moyen de cette assurance réside dans l’obligation de chacun de respecter la dignité d’autrui.

En travail social, le principe de respect de la dignité permet de dépasser les délimitations sociales et institutionnelles de rôles et de places. Se trouvent ainsi unis intervenants et bénéficiaires dans ce jeu systémique où la préservation de la dignité de l’autre me conforte dans ma propre dignité.

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Shares