Bertrand DUBREUIL et Roland JANVIER – Editions ESF – 2014 

Le monde change. Les dernières décennies se caractérisent par des mutations sociétales qui affectent les conceptions du travail pour et avec autrui, les postures militantes, les pratiques professionnelles et les modes d’organisation des établissements et services du secteur social et médico-social.

Projet de vie, inclusion scolaire, droits des usagers, co-éducation, consentement éclairé, relation contractuelle, accompagnement personnalisé, conditions de bientraitance, organisation du travail… jamais les institutions et leurs acteurs ne se sont révélés aussi interdépendants de leur environnement juridique, financier, sociopolitique et institutionnel.

Au cœur de ces mutations sociétales, concernés par les pratiques en transformation, les acteurs des organisations du travail pour et avec autrui doivent non seulement s’adapter aux évolutions de l’environnement mais aussi conduire un changement.

Changement qui, pour favoriser la justice et l’utilité sociale, le respect et la reconnaissance de l’autre, doit s’appuyer sur des savoirs, élaborer des savoir-faire, se concevoir en référence à des principes éthiques : un changement à penser et à mettre en œuvre.

Aussi les auteurs ont-ils souhaité développer ici une démarche qui considère ces mutations sociétales afin de définir des postures et des pratiques professionnelles animées par des hommes au sein d’une organisation de travail.

Cet ouvrage est destiné à l’ensemble des professionnels du secteur social et médicosocial : équipes de direction, travailleurs sociaux, formateurs, conseillers techniques, étudiants.

PLAN DE L'OUVRAGE :

Avertissement

Introduction

I – Évolutions sociétales

1. Société : des évolutions significatives

·         Les droits, l’égalité, l’autonomie

·         L’individualisation et la solidarité

·         La famille et la fonction parentale

2. Travail « pour et avec autrui » : de nouvelles conceptions

·         L’usager

o    La montée en puissance des droits personnels

o    La charte des droits de la personne accueillie.

·         Le droit à compensation et l’accessibilité

·         Le maintien des liens

·         La scolarisation

·         Parent d’un enfant accompagné en éducation spécialisée

III – Évolutions du professionnalisme

1. Le professionnel dans l’institution

·         Autorisation, autorité

o   Être autorisé à exercer une responsabilité, ensemble

o   Soumettre à des références la subjectivité de l’interaction

o   Autoriser la subjectivité de l’interaction

·         Bientraitance et pratiques professionnelles

o   De la prévention de la maltraitance aux recommandations de bientraitance

o   La dimension pénale de la maltraitance

o   La bientraitance

o   Recommandations de pratiques : conditions nécessaires à l’interaction

·         Accompagnement spécialisé

o   Un environnement suffisamment adapté

o   L’opportunité d’expériences intermédiaires aux expériences sociales ordinaires

o   La continuité de présence nécessaire à la permanence du soi

o   Une relation comme occasion de résolution

2. Le professionnel dans l’équipe

·         Individualisation ?

·         Le groupe comme médiation de la relation entre l’adulte et le jeune

·         Pratiques partagées

·         Pratiques partagées personnalisées

·         Référent de la personne

o   Interlocuteur privilégié ?

o   Référent fonctionnel

o   Les écueils de la référence en établissement

·         Coordonnateur de projets

o   Une délégation de responsabilité

o   L’attribution à tous les membres de l’équipe pluridisciplinaire

o   Le rôle de coordonnateur auprès des parents

o   La pertinence de la fonction de coordonnateur en service

3. Le professionnel dans l’interaction

·         La personne sujet de l’action

o   La confidentialité

o   Les écrits professionnels

·         Coéducation

o   Recherche d’accord

o   Espace de liberté

o   Formulation du désaccord

o   Différenciation des rôles et niveaux de parentalité

·         Proposition d’accompagnement et savoir-faire clinique

o   Un rapport d’interaction et non de causalité

o   Élaboration de la proposition d’accompagnement

o   L’évaluation des situations individuelles

·         Savoir-faire clinique

o   Inscription sociétale de la clinique

o   Savoir-faire

o   Du dilemme et de la décision provisoire

o   Symptôme et conduites suppléantes

o   Expériences intermédiaires plutôt que compensation

III – Évolutions de lorganisation

1. Une organisation éco-logique plutôt que techno-logique

·         Gestion des ressources humaines et « travail pour autrui »

o   De l’efficience plutôt que de la performance

o   Ressources humaines ou personnes disposant de ressources ?

o   Une perspective éco-logique et non techno-logique

·         L’évaluation de la qualité à l’épreuve du contrôle et de la participation

o   L’objet de l’évaluation de la qualité des prestations

o   Du systématique et du sens, du contrôle et de l’évaluatif

o   La notion de processus structurant

o   L’intersubjectivité par le croisement des points de vue

o   La complémentarité des évaluations interne et externe

2. Repenser l’organisation éducative

·         Concevoir l’action sociale comme action dans et sur la société

o   Désinstitutionaliser pour refonder l’institution

o   Réarticuler le social et l’économique

o   Repenser le lien au territoire

·         Refonder l’utilité sociale des organisations d’action sociale

o   Qu’est-ce que l’utilité sociale ?

o   La complexité plutôt que la rationalisation

o   L’utilité sociale et non la performance

o   L’échange plutôt que la marchandisation

·         Mobiliser toutes les parties prenantes de l’organisation

o   Articuler les dimensions professionnelles et militantes

o   Pour une vision plurielle de l’engagement

o   Repenser les places et les rôles

o   Chacun « à » sa place : la différenciation

o   Chacun « a » sa place : la coopération

·         Une organisation de travail éduquante

o   Polycentrisme et pluralisme

o   Polyarchie : une autre conception de la hiérarchie

o   Une approche énergétique de l’organisation

o   Pour une forme engageante du contrôle

·         Une organisation de travail interactive

o   L’ouverture plutôt que la clôture

o   L’interdépendance plutôt que l’autonomie

o   L’incomplétude

Conclusion

Bibliographie